L’emploi, une opportunité considérable pour les populations des territoires traversés

canal_seine_nord_europe_peronne

Les enjeux et perspectives liés aux emplois représentent une priorité pour l’Etat, VNF et les élus des territoires traversés.

Emplois liés au chantier :

Les emplois liés au chantier se distinguent à 3 niveaux :

  •  les emplois directs, fournis essentiellement par les entreprises travaillant sur le chantier pendant les 4 ans, estimés à 4500 au total.
  •  les emplois indirects, mobilisés pour les fournitures, les équipements, le matériel ou les transports, estimés à 3000.
  •  Les emplois induits, en lien avec l’accueil et la vie quotidienne des personnes travaillant sur le chantier (restauration, hébergement, services), estimés à 1500. Ce sont des emplois destinés le plus souvent aux locaux.

Par ailleurs,les différents retours d’expérience de chantiers de cette nature démontrent qu’1/3 des emplois liés au chantier – les emplois directs- sont occupés par de la main d'oeuvre issue des régions traversées.

Emplois après le chantier :

4 plates-formes multimodales (PFM) verront le jour, dont 2 sur le territoire du Santerre Haute Somme, à Eterpigny-Péronne (à vocation logistique) et à Nesle (à vocation agro-industrielle), qui mobiliseront de l’emploi dès la mise en service du canal. A terme, vers 2035, plusieurs centaines d’emplois pourraient être créés sur ces 2 PFM.

L’exploitation du canal génèrera environ 60 emplois directs, repartis au sein de 3 centres d’exploitation dont celui de Moislains au nord de Péronne.

Enfin, la stratégie touristique du territoire Santerre Haute Somme a comme objectif la mise en tourisme du canal : le projet de Maison du canal à Cléry-sur-Somme, lieu d’accueil et d’information, ainsi que la mise en valeur de la retenue de la Louette pourrait se traduire par la création d’une base nautique (planches à voile, pédalo, jet ski, restaurant), engendrant de nombreux emplois « non-délocalisables ».