Le calendrier s’accélère ... puis ralentit

cana_albert_VNF_P_Cheuva1

 

2003 : Evoqué et annoncé depuis bien longtemps, le projet de canal Seine Nord Europe tel qu’on le connait aujourd’hui est inscrit comme projet prioritaire lors du Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire (CIADT).

2008 : Avec la Déclaration d’Utilité Publique (DUP), le projet devient plus concret, notamment au titre des opérations foncières et archéologiques.

2010 : Des travaux sont engagés (abaissement de l’A 29) dans le cadre du Plan de relance de l’économie française.

5 avril 2011 : A Nesle, le président de la République lance le dialogue compétitif, période de 18 mois durant laquelle les 2 entreprises concurrentes, Bouygues et Vinci, doivent répondre au cahier des charges (volets technique, juridique, financier).

Fin 2012 : Devait avoir lieu la signature du contrat de partenariat avec le groupe privé retenu. Lancement par le Ministre des transports de deux commissions: l'une chargée - sous l'égide du Conseil Général du Développement Durable et de l'Environnement (CGDDE) - d'analyser la pertinence du projet et d'en mesurer son coût; la seconde "Mobilité 21", chargée de hiérarchiser les projets contenus dans le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT).

Avril 2013 : la commission CGDDE remet un rapport à charge. Le projet ne pouvait aboutir dans les conditions actuelles.

Mai 2013 : Mise en place de la commission Pauvros chargée de "redimensionner" le projet et d'imaginer le meilleur montage juridique et financier.

Septembre 2014 : Le Premier ministre lors d'un déplacement à Arras affirme que "le gouvernement s'engage totalement sur ce grand projet structurant".

Février 2015 : Date limite du dossier de candidature de l'Etat pour pouvoir bénéficier des crédits européens